logo tutos photo

logo fraaamed.com - photographie en édition limitée

La gestion de la lumière & les types d'éclairage

Cours sur la qualité de la lumière (contraste, ombres, réflexions) et différents types d'éclairage.

image

© Guillaume Fürst, 2009
Nikon D90 ; focale : 157 mm ; ouverture : f/8 ; vitesse : 1/100 s. ; ISO : 200

1. Les bases de la qualité de la lumière (le contraste, les ombres)

La gestion de la qualité de la lumière est, avec l'exposition et la composition, une notion fondamentale en photographie. Il existe plusieurs concepts clés pour définir la qualité de la lumière, basé notamment sur les caractéristiques des ombres, qui jouent un rôle très important dans l'éclairage :
  • contraste : le contraste fait référence aux écarts de luminosité entre les différentes parties d'une image, c'est-à-dire à la différences entre les tons clairs et foncés d'une image ; typiquement, une image très contrastée contient beaucoup de tons très sombres ET très clairs, à l'inverse une image peu contrasté contient peu de tons de luminosité différentes (une image quasi entièrement sombre OU entièrement grise OU entièrement claire) ;
  • dureté/douceur des ombres : les ombres avec des contours nets et francs sont dites dures, alors que les ombres avec des contours progressifs sont dites douces ;
  • densité des ombres : les ombres très foncées, voire complètement noires, sont dites très denses (ou très profondes), alors que les ombres claires sont dites peu denses (ou peu profondes).
Ces différentes notions sont étroitement reliées : des ombres dures et denses vont produire une image à forts contrastes, alors que des ombres douces et peu profondes vont produire une image aux contrastes plus faibles.

Au-delà des caractéristiques des ombres, le contraste dépend également d'autres facteurs, en particulier de la nature du (ou des) sujet(s) photographié(s). Par exemple, si vous photographiez un objet blanc et un objet noir côte à côte, vous obtiendrez forcément une image contrastée.

La dureté des ombres
La dureté/douceur des ombres dépend principalement de taille relative de la source de lumière. Si la source de lumière est très grande (par rapport au sujet), les ombres seront plutôt douces, car les rayons de lumière éclairent le sujet sous différents angles. Alors que si la taille de la source est petite (ou si la source est très éloignée du sujet), les ombres seront plutôt dures, car les rayons de lumière éclairent le sujet sous un seul angle principal.
Pour adoucir les ombres, vous pouvez placer un diffuseur devant votre source de lumière. En mettant par exemple une feuille de papier calque devant votre flash, la lumière de l'éclair, en passant à travers la feuille, va être diffusée, provoquant ainsi des ombres plus douces, car les rayons de lumière seront répartit dans différentes directions (voir les exemples ci-dessous). Notez que plus le diffuseur est grand, plus les ombres seront douces.

La densité des ombres
La densité des ombres dépend de la quantité de lumière réfléchie par la surface sur laquelle l'ombre de votre sujet est projetée. Pour prendre un exemple simple, si vous photographiez un objet sur une table blanche, les ombres seront profondes (grande différence de luminosité entre l'ombre crée par l'objet et la surface blanche éclairée) ; si vous photographiez un objet sur une table noire, les ombres seront relativement peu profondes (peu de différence entre le noir de l'ombre et le noir de la surface).
Pour diminuer la densité des ombres vous pouvez utiliser un réflecteur. Par exemple, si vous photographiez une personne avec une source de lumière principale à sa gauche, le côté droit sera plus ou moins dans l'ombre. En plaçant un réflecteur à droite du sujet (p. ex. une plaque de polystyrène blanc), la lumière de la source principale (à gauche) va "rebondir" sur le réflecteur (à droite), ce qui va permettre d'éclairer indirectement un peu l'autre côté du visage et de diminuer par conséquent la densité des ombres et le contraste.

Exemples de 4 types d'ombres (figure 1) :
  1. ombre dure et dense (petite source de lumière, sans réflecteur);
  2. ombre dure et peu dense (petite source, avec un réflecteur);
  3. ombre douce et dense (grande source de lumière, sans réflecteur);
  4. ombre douce et peu dense (grande source, avec réflecteur).

Figure 1. Dureté et densité des ombres.

Dureté et densité des ombres

Retour en haut de page

2. La qualité de la lumière en pratique (lumière naturelle et artificielle)

Généralités
Il est crucial d'accorder un minimum d'attention à la qualité de la lumière, afin que l'éclairage de votre photo soit en adéquation avec ce que vous voulez exprimer. Par exemple, pour une scène plutôt "dramatique", de forts contrastes seront préférables, alors que pour une scène plus "tendre" (p. ex., un portrait d'enfant), des ombres douces et peu denses seront plus appropriées.
De prime abord, il peut sembler trop difficile de gérer la qualité de la lumière (il est vrai que certains éclairages de studio peuvent être très complexes), mais il est néanmoins possible, avec quelques moyens simples, d'obtenir des effets qui peuvent vraiment changer le rendu de votre photo.

Le fait d'être attentif à la manière dont votre sujet est éclairé est un point de départ déjà très important. Par exemple, en étant attentif aux différents reflets, vous prendrez rapidement l'habitude de vous déplacer, de façon à minimiser les reflets indésirables aux endroits clés de votre composition. De même, en observant les ombres sur le visage des personnes, vous pourrez leur demander de se déplacer afin d'obtenir un meilleur éclairage (p. ex., placer le sujet à l'ombre pour éviter les forts contrastes du soleil de midi, lui demander de se tourner afin que la lumière l'éclaire de 3/4 plutôt que de face, lui demander de se rapprocher d'une surface blanche qui agira comme un réflecteur, etc.).

Bien sûr, il n'y a pas de "meilleur éclairage" dans l'absolu ; le meilleur éclairage est celui qui correspond le mieux à votre intention, à l'ambiance que vous voulez exprimer ou au message que vous voulez faire passer avec votre photo. En étant attentif à l'éclairage "sur le terrain", vous pourrez facilement et efficacement améliorer votre compréhension de la lumière, ce qui vous permettra ensuite de produire des photos mieux maitrisées.

Lumière naturelle : type de lumière selon l'heure et la météo
A l'extérieur, la qualité de la lumière dépend du temps qu'il fait et de l'heure de la journée.
  • Le matin et le soir, quand le soleil est bas dans le ciel, la lumière est rasante, ce qui est bien pour mettre en évidence les formes et les textures (idéal pour le paysage et l'architecture). Ce type de lumière permet également de faire des portraits modelé avec des ombres marquées (p. ex. seule une moitié du visage est très éclairé).
  • Vers midi, en particulier en été, tout est éclairé par une lumière qui "tombe" de haut en bas, ce qui n'est pas idéal pour le portrait : cela créé des ombres dures sous les yeux et sous le nez, ce qui est généralement considéré comme peu esthétique. Ceci est d'autant plus vrai par temps clair, sans nuage. Une solution simple pour éviter ces difficultés consiste à réaliser ses portraits à l'ombre.
  • Par temps couvert, la lumière est beaucoup plus diffuse ("filtrée" à travers les nuages), les ombres sont donc beaucoup plus douces. Ce type de lumière est parfois considérée comme peu intéressante, comme "plate", manquant de contrastes. Toutefois, c'est aussi une lumière qui est très facile à gérer, car elle génère peu d'ombres marquées ; l'emplacement de votre sujet par rapport à la lumière a donc peu d'importance, ce qui peut être très pratique si l'on dispose de peu de temps ou de peu de possibilités pour bien placer le sujet par rapport à la lumière.
Pour les photos qui vous tiennent à coeur (celles pour lesquelles vous souhaitez un éclairage spécifique), n'hésitez pas à attendre un moment plus propice (p. ex. léger changement de météo) avant de prendre la photo, voire à carrément faire du repérage et revenir au moment où la lumière est la meilleure.

Lumière artificielle : rôle de la taille et de la puissance de la source
L'avantage de la lumière artificielle, c'est que nous pouvons plus facilement la contrôler et la moduler que la lumière naturelle. L'inconvénient, c'est qu'il faut un peu plus de matériel et de connaissance. Toutefois, à nouveau, il existe quelques astuces simples pour créer et gérer un éclairage artificiel.

Au niveau du matériel, les limites principales concernent la taille relative de la source et la puissance de l'éclairage. Si vous photographiez des petits objets, une lampe de bureau fait l'affaire, aussi bien en terme de taille que de puissance. Par contre, pour les personnes, il peut être plus difficile de trouver une source assez grande, qui ne fasse pas des ombres trop dures, et assez puissante, afin de ne pas trop monter la sensibilité de votre appareil photo.
  • Questions puissance, les flashs orientable de type cobra et les kits d'éclairage de jardin ou de chantier permettent de créer déjà une assez grande quantité de lumière, en particulier si vous en avez plusieurs et que vous les additionnez. Pensez-y avant d'investir dans des flashs studio plus chers.
  • En ce qui concerne la taille relative de la source, il existe un truc simple : utilisez un éclairage indirect. Au lieu d'éclairer directement le sujet avec une source lumineuse de petite taille (un flash), éclairez plutot une surface blanche (p. ex. un mur ou un plafond) à côté du sujet. Les rayons de lumière vont être diffusés dans plusieurs directions différentes, provoquant ainsi des ombres plus douces.

Retour en haut de page

3. Exercices et outils pour gérer la lumière (diffuseurs, réflecteurs, flash)

Observer la lumière
En extérieur, vous pouvez vous amusez à prendre des photos d'un même sujet par différents temps (plein soleil, temps couvert, etc.), à différents heures de la journée, voire même à différents moments de l'année. Vous pourrez ainsi facilement comparer le rendu de la lumière.

Un autre exercice simple consiste à être attentif à la lumière même quand vous ne prenez pas de photo. Vous pourrez apprendre beaucoup en consacrant seulement quelques minutes par jour à observer la lumière : le soleil est-il voilé ou non par des nuages? les ombres sont-elles dures ou douces? si le soleil n'est pas voilé, quel est sa position? quelle forme et quelle position ont les ombres? est-ce que les contrastes sont très forts? etc.

Diffuser la lumière
Comme nous l'avons vu plus haut, diffuser la lumière revient à augmenter la taille relative de la source de lumière, ce qui a pour conséquence d'adoucir le contour des ombres, de les rendre moins dures.

Pour vous familiariser avec ce phénomène, vous pouvez faire des essais d'éclairage en intérieur, avec du matériel aussi simple qu'une lampe de bureau et une feuille de papier calque.
Choisissez un sujet assez petit et posez le sur une table. Eclairez-le avec la lampe de bureau et essayez d'abord de rapprocher/éloigner la source de lumière, ce qui revient à augmenter/réduire la taille relative de la source, par rapport à celle du sujet). Observez en particulier la modulation de la dureté des bords des ombres à mesure que vous déplacer votre lampe (ou votre sujet).
Vous pouvez aussi diffuser la lumière de votre lampe en intercalant une feuille de papier calque entre cette dernière et le sujet. Essayer de déplacer la feuille de papier calque (placez-là plus ou moins proche du sujet) et observer les effets sur les ombres.

Ce principe de diffusion de la lumière peut bien sûr être étendu à d'autres situations. Par exemple si vous photographiez près d'une fenêtre, vous pouvez contrôler l'éclairage en plaçant votre sujet plus ou moins près de la fenêtre. Vous pouvez également diffuser/adoucir la lumière en mettant un voile ou un drap blanc devant la fenêtre.

Utiliser des réflecteurs
Essayez également d'utiliser des réflecteurs pour moduler la densité des ombres. Pour illustrer ce principe, reprenons l'exemple de la lampe de bureau. Si vous avez mis cette lampe à gauche du sujet, vous pouvez placer une surface blanche (p. ex. un morceau de carton blanc) à sa droite, afin de diminuer la densité des ombres. Notez que plus vous rapprocherez cette surface blanche de votre sujet, moins les ombres seront denses.
A l'inverse, vous pouvez également utiliser une surface noire pour absorber la lumière et augmenter la densité des ombres.
En extérieur, vous pouvez utiliser des réflecteurs naturels (p. ex. en rapprochant ou éloignant votre sujet d'un mur blanc).

Utiliser le flash
Enfin, vous pouvez essayez aussi de faire des photos d'un même sujet avec ou sans flash. En intérieur, bien sûr, si la lumière est insuffisante, mais aussi en extérieur. Utiliser le flash en extérieur permet de diminuer le contraste en éclaircissant les ombres (si le sujet est à contre-jour ou que les ombres sont trop denses).

Et comme pour les autres sources de lumière, vous pouvez diffuser l'éclair de votre flash avec du papier calque ou un accessoire prévu à cet effet (voir les liens ci-dessous), ce type d'accessoire est peu couteux et permet de bien améliorer le rendu de l'éclairage au flash. En diffusant la lumière de votre flash, vous limiterez les reflets directs (souvent disgracieux en portrait) et obtiendrez un éclairage plus agréable (plus doux) pour vos portraits au flash.

Pour aller plus loin, consultez également la page éclairage avancé au flash.

Retour en haut de page

Tutos Photo est aussi sur Facebook


Cliquez ici pour partager cette page sur Facebook

Pour encore plus de tutos :


Visitez aussi www.exifs.ch,
expo/vente & services photo



© Guillaume Fürst, 2010-2016. Mis à jour le 3 janvier 2016.

Visitez également www.exifs.ch et www.amazentropyc.net